Gotham Anarchy

Bienvenue chez les fous...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Sam 5 Oct - 5:27


Dans les couloirs silencieux du Manoir Wayne, les pas du précieux majordome Alfred Pennyworth résonnaient en écho lorsqu'il s'amène à hauteur des couloirs.. Un sanctuaire, et c'était d'ailleurs précisément ce que la grande bâtisse représentait pour les habitants de Gotham City – bien qu'ils ne l'ignorassent évidemment – l'ultime bastion de justice au sein de leur ville corrompue et infestée de criminels de la pire espèce qu'est le grand paradoxe où tous ces criminels qui se battent soi-disant contre les injustices, s’empressent de porter le costume lorsqu’ils ont volé assez pour pouvoir se le permettre.. Ici, les murs semblaient par bonheur épargnés par la noirceur de la mégapole, tout comme le fidèle Alfred, qui portait en ce moment des comprimés pharmaceutiques à son maître. Son visage, ridé par les années, ne laissait paraître aucune émotion. - Arrivé dans un living-room meublé à l'anglaise, il déposa son plateau sur une table basse. Il se tourna vers la bibliothèque qui couvrait le mur est de la salle pour presser légèrement, furtivement, un volume parmi tant d'autres sur le rayon. Le Paradis perdu de Milton. Sans bruit, un pan entier de la bibliothèque s'enfonça et coulissa vers la droite, ne laissant que ténèbres insondables là où s'entassaient à l'instant les classiques de la littérature anglo-saxonne. Le majordome, son plateau récupéré, s'avança d'un pas confiant tandis que la nuit l'absorbait. Les rayons reprirent sur son passage leur place initiale, rien ne troublait plus le silence. Dehors, une chauve-souris effleura la fenêtre, en quête d'un insecte à dévorer.

Un homme, assurément le maître des lieux, attendait son consommé.

« Merci Alfred. »

Bruce Wayne, les yeux rivés sur l'écran du Bat-ordinateur de sa cave secrète, mit les comprimés dans sa bouche et les avala sans utiliser le verre d'eau que son Majordome lui avait préparé. Ce repaire, dont l'existence n'était connue que de lui-même et d'Alfred (ainsi que, maintenant qu'il y songeait, de quelques vieux amis), était à l'origine une caverne naturelle, qu'il n'avait eu aucun mal à aménager pour en faire le QG du Batman. L'humidité et les chauves-souris n'avaient pas cédé de terrain, mais bien qu'il ne se fut jamais complètement habitué à leur présence, elles avaient don de le rassurer dans ses moments de doute. Le QG du Batman sous le Manoir Wayne. La nuit sous la lumière. Les deux facettes d'un seul homme.

« Quelque chose ne va pas, monsieur ? »

Alfred avait dû remarqué l'inquiétude regard que portait à l'heure actuel son jeune maître.

« Tout va bien Alfred. Du moins pour Bruce Wayne. Mais pour Batman.... Cela faisait bien trop longtemps qu'il.. »

Sans avoir terminer sa phrase, Alfred haussa un sourcil et prends son air condescendant, cet air qui normalement, a souvent le don de faire sourire l'orphelin de la famille.

« Qu'il n'est pas sorti de l'ombre ? Je croyais que monsieur désir prendre son temps… Est-ce toujours le cas ? »

Un soupir d'aise s'échappa de la bouche du jeune brun. Durant tout ce temps, Batman avait pris congé. Il avait prit son envol à Métropolis dans le seul but de régler un soucis concernant la Wayne Aerospace. Wayne Aerospace construit des jets et des avions de luxe en exclusivité de par des sociétés privés. Sa branche de l'aviation expérimentale produit des avions expérimentaux et de recherche pour le gouvernement des États-Unis et de la NASA. Les conceptions de la branche d'aviation militaire fabrique des avions de combat et des hélicoptères pour l'armée américaine. Fox lui avait signalé qu'il manquait des matières assez important dans la production du tout dernier modèle des avions de guerres. Bruce avait des soupçons sur ce manque soudaine des matières. Il visait surtout les concurrents. Car oui, Wayne Aerospace maintient une concurrence avec d'autres sociétés aéronautiques comme Ferris Air et LexAir situant dans divers villes (ou pays). Cela avait coûté plusieurs mois pour le jeune milliardaire de quêter sur l'un des concurrents résidant à Métropolis.

L'esprit du brun était encore tourmenté par les mêmes pensées, et il lui arrivait même de rêver en pleine journée du drame de ses parents. Il ne savait pas quel pouvait être le remède contre ces obsessions. Mais alors qu'il songeait à tous cela, il vit un clignotement rouge apparaître sur son écran. L'apparition de ce signe de ponctuation leur signalait qu'on nous amène une visite inattendue dans le musée de Gotham. Et cela n'est certainement pas une visite de courtoisie. Bruce fit un regard complice vers Alfred répondant à sa question que "ce n'est plus le cas de maintenant". Bien-sûr, on voyait Pennyworth soupiré lentement mais finissant d'un sourire pardonné. Ce soir, la lune est gibbeuse. Elle s’impose de toute sa splendeur au-dessus de la métropole où les immeubles futuristes se mêlent aux architectures teintées de gothique et de baroquisme flamboyant. Ce soir, Gotham la Noire est, comme tous les soirs, le théâtre des exactions de criminels de toutes sortes. Et ce soir, comme tous les soirs, Gotham fait confiance à son gardien, l’homme chauve-souris, celui qui veille à ce que l’espoir subsiste toujours au cœur de l’obscurité. Notre quotidien : le mal ne dort jamais.

Bruce ne perdit pas une seconde, il prit son costume, l'enfila et accoure vers le véhicule. Au moment même où il s'y installe, le véhicule s’activa en rappelant la destination : Musée de Gotham et fit rugir le moteur avant de se retirer. Il ignorait qui pourrait être l'auteur de ce trouble-fête, mais il allait bientôt le découvrir dans le prochain post.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 153
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Devant toi, près à afficher un joli sourire sur ton visage!
Emploi/loisirs : Agent Du Chaos. / Prince Du Crime.
Humeur : Dangereusement bien. / Frôlant l'hystérique.

Votre personnage!
Côté Coeur: ♥♥♥ Harley Quinn ♥♥♥
Citation : La vie est la vie, il faut en rire…
Groupes:
avatar
The Joker
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Sam 5 Oct - 21:07

Un an entier c’était écouler depuis l’évasion du Joker de l’Asile d’Arkham. Un an entier, qu’il était de retour dans les rues de Gotham City. Mais depuis son évasion, il n’était pas seul : Une belle jeune femme déguisée en Arlequine, aussi cinglé que lui, avait pris place à ses côtés. Elle se faisait autre fois appeler Harleen Quinzel et avait été Professeure d’Art à l’Asile d’Arkham. Le Joker avait vue en elle la victime idéale. Son seul but avait été de la séduire, lui raconté une histoire touchante à son sujet qui la feras craquer, pour qu’elle puisse lui être utile lors de son évasion d’Arkahm. L’Agent Du Chaos c’était juré qu’une fois qu’elle aura plus besoin d’elle, il s’en débarrasserait : En autre mort, il comptait la tuée dès qu’elle l’amusera plus! Mais Le Joker c’était fait avoir à son propre jeu… La jolie professeure d’Art l’avait bel et bien aidé à s’évader et avait enfilé un costume d’Arlequine rouge et noir, changeant également son nom pour Harley Quinn. Le Joker avait pris fuite avec cette dernière… Elle l’avait même hébergé chez elle quelques temps, le temps qu’il retrouve ses hommes-clowns et un Repaire… Harley avait pris un grand risque! Mais plus les jours passait et plus l’envie de la tuée s’effaça de l’esprit du Prince Du Crime. En fait, il c’était mis à l’apprécier, c’est une chic fille. Celle qui était supposée être une autre victime de plus était finalement devenue sa p’tite amie et complice. Très vite, les rôles s’inversèrent également… Une fois un Repaire trouvé, sa fut au tour du Joker d’héberger la jeune femme chez lui. La présence d’Harley lui plaisait bien, elle prenait soins de lui et au grand étonnement il lui rendait bien l’appareil. Ce qui aurait dû être une simple Aventure est devenue plus sérieux : Le Joker éprouva bel et bien des sentiments autres que de l’amitié pour Harley Quinn.


À vrai dire, la jeune femme devenue rapidement une vrai obsession pour le clown-psychopathe. Il la couvrait de fleurs, de cadeaux et de tout ce qu’elle souhaitait. Elle était devenue SA Reine De Cœur, SA Harley Quinn à lui. À eux deux, ils formèrent Le Duo Clowns le plus craint de tout Gotham City. À leurs simples noms, les citoyens tremblaient de peur! Jamais l’un sans l’autre, tel est devenu leur devise. Le Joker se fou de ses autres complices, à vrai dire la plus part d’entre eux trouve la mort le soir même dès leur boulot achever, leur vie ne tient qu’à un fil! Mais avec Harley, c’est différent : Il la traite comme une Reine, malgré qu’il soit un peu brusque parfois et grognon même envers elle. Il ne supporterait pas de la voir malheureuse ni que qui que ce soit lui fait du mal… Et comprit lui, il se le pardonnerait jamais! Malgré les rumeurs qui circules sur leur cas : Comme quoi que Le Joker ferais que l’Utiliser, qu’il la malmènerait, qu’il se débarrasserait d’elle sans remord dès qu’il en aura trop marre, ou encore qu’il la tuerait… Cela avait peut-être été sa première intention en effet, mais il n’a jamais pu aller jusqu’au bout et il ne le pourra jamais. Il en était bel et bien amoureux, malgré leurs quelques disputes parfois violentes. Ils finissaient toujours part revenir ensembles, l’un ne pouvant pas se passé de l’autre très longtemps. Ils se complétaient dans leur folie! Temps qu’elle reste près de lui, Harley n’as rien à craindre du Joker. Le véritable danger aurait été si elle aurait tenté de le quitté pour de bon, ça il ne l’aurait jamais supporté. Il aimait savoir qu’elle était à lui et à lui seul… Oh oui, Joker était possessif mais ça c’était son p’tit secret. Peu importe ce que les gens pensaient à leurs sujets, Joker s’en foutait royalement, même que cela l’amusait bien. Que les gens pensent qu’il malmenait Harley, même si c’était pas vraiment le cas, cela faisait son bonheur qu’ils croient ça. De cette manière, personnes ne pouvait voir qu’au font il tenait vraiment à elle : Donc, pas de façon de l’atteindre en lui faisant du mal.


Au mois de Septembre dernier, Le Joker avait d’ailleurs fait sa grande demande : Il avait demandé à Harley de devenir sa futur-femme! Celle-ci avait évidemment accepté. Elle lui avait aussi annoncé qu’elle était ensainte, de quelques mois déjà… Et que c’était lui le père! Joker alla devenir papa, cela avait été un choc pour lui mais il en était aussi très heureux de pouvoir avoir quelqu’un pour qui suivre ses traces dans le crime. Mais il eut un plus grand choc encore en apprenant qu’il alla être papa de deux jolie filles, des jumelles! Que Harley soit ensainte avait été gardé le plus secrètement possible, Le Joker ne voulait pas que quelqu’un sache qu’il avait maintenant une futur-femme et un futur-enfant qu’il aimait vraiment. Pour le futur mariage, ils en avaient un peu parlé à leurs proche, mais rien de trop bruyant non plus, valait mieux être discret quand ont était criminel. Qui aurait cru un jour que le grand Joker serait papa et que en plus il penserait à se marié?!


Depuis l’évasion du Joker, Batman n’avait pas pointé le bout de son nez! D’ailleurs, cela mettait Le Joker dans une très grande déprime. Il avait fait quelques crimes ici et là pour faire parler de lui bien-sûr, mais rien de très voyant… Cela ne lui ressemblait pas, mais alors pas du tout! L’absence de son grand ennemi de toujours le mettait plus triste qu’il l’aurait pensé : Sans Batman, Le Joker était que l’ombre de lui-même. Oh bien-sûr il pouvait rigoler un peu avec les flics, surtout avec son ancien frère de cœur le lieutenant Martin Smith. Ah ce cher Marty’, que serais Joker sans lui?! Mais bon… C’était loin d’être la même sensation qu’avec Batou.


Au début du mois d’octobre, plus précisément le 10 Octobre, les jumelles virent jour. Le Joker en fut très heureux, malgré le fait qu’il ne soit pas très à l’aise à l’idée d’être papa. Il était prêt à faire des efforts pour voir le bonheur de Harley et les jumelles. Elles eurent le joli prénom de Dalia et Deidre. Suite à la naissance de leurs deux petites Princesses Du Crime, Le Joker annonça la naissance de celles-ci seulement à ses hommes de mains les plus proches. Il ne voulait pas que trop de gens soit au courant de la situation. Pour ce qui est du mariage, le couple-clowns avaient l’intention de faire les démarches vers la fin du mois d’Octobre. Mais pas tout de suite…


Ce soir, nous étions le 20 Octobre. Le Joker venait de réussir à endormir, l’une des jumelles, Deidre qu’il avait mis dans son berceau. Mais maintenant, il lui restait Dalia, qui elle ne semblait pas prête à dormir.


-Très bien, fillette. Ont va se faire une nuit blanche tous les deux, pendant que ta sœur dort et que maman se repose. Tu en dit quoi, hum? Dit Le Joker d’un Ton enjoué.


La petite Dalia se contenta d’un rire joyeux, trouvant apparemment son père très marrant. Cela fit sourire Joker, mais son sourire s’effaça un peu quand la petite lui agrippa une mèche de cheveux verts.


-Aïe! Mais qu’est-ce que vous avez contre mes cheveux verts, hein? Aller, prend plutôt ton canard. Regarde, c’est beaucoup plus marrant que les pauvres cheveux à ton père. Dit-il en lui tendant son canard en plastique.


La petite qui rigola toujours, elle prit son canard et se mit à le mordiller en restant coller à son père. Joker sourit un peu adoucit et il la serra contre lui d’un de ses bras en se dirigeant vers la cuisine en sifflotant. Rendue à la cuisine, il ouvrit le frigo de sa main libre et prit une bouteille de Vodka. Il referma la frigo et ouvrit sa bouteille pour en prendre une grande gorgée. Le Joker continua à boire jusqu’à ce qu’il sent une petite main se poser sur la sienne pour asseyez d’avoir la bouteille de Vodka.


Joker ricana.


-Oh que non, petite Princesse. Pas avant tes 12 ans! Dit-il moqueur.


Il s’assit à la grande table de cuisine à son Repaire en prenant une autre gorgée de sa Vodka, un bras entouré au tour de la jeune fille et son autre main libre tenant sa bouteille. La petite regardait son père de ses grands yeux bleus, mordant dans son canard en plastique.


Le Joker passa sa langue sur ses lèvres et jeta un regard à sa fille.


-Toujours pas sommeille? Tu sais, papa à du travail à rattraper… Tu veux qu’il te raconte ce qu’il compte faire? Oui, d’accord… Papa va aller au musée, il y a de très jolies choses au musée. Comme les deux masques célèbres de La Comédie et La Tragédie. Ils ont été très célèbres dans le théâtre, leur histoire est passionnante. Ils iront très bien avec la décoration du salon. Dit-il d’un Ton enjoué et un sourire adoucit envers l’une de ses filles.


La petite commença à bailler et ses yeux se faisaient petits. Elle lâcha son canard et serra plutôt le veston de son père, comme un doudou en fermant peu à peu les yeux. Joker se laissa faire, il la regarda qui commença à s’endormir. Elle était vraiment mignonne, tout comme son autre sœur aussi.


Le Joker entendit des pas dans le couloir de son repaire. Il se leva en faisant attention de pas réveiller la petite toujours accrocher à son veston. Il y vue l’un de ses homme-clown.


-Hey, Marcus viens part là! Dit Le Joker d’un Ton beaucoup moins doux que quand il s’adressa à sa fille.


L’homme-clown eu un frisson dans le dos à la voix de son Patron. Il s’approcha de lui sur ses gardes et dit :


-O… Oui, Patron?


-Tu as vue Harley? Dit Le Joker malicieusement.


-Elle est partie faire les courses à l’épicerie, Patron. Elle ne voulait pas vous déranger en vous voyant avec vos filles. Dit le dénommé Marcus en évitant le regard du Joker.


-Dit-moi, Marcus… Tu as une cousine, pas vrai? Dit Le Joker en fronçant les sourcils.


-Je… Oui, elle a 12 ans. Dit Marcus.


-Bien! Dit Joker en étirant ses lèvres en un grand rictus dès plus flippant.


Il agrippa Marcus part son collet et lui mit le plus doucement possible sa petite Dalia dans ses bras.


-Tien, prend là et attention à sa tête. Elle ne va pas tarder à s’endormir, tu la mettras dans son berceau avec sa sœur. Si l’une d’elles se réveilles, veilles à ce qu’elles manquent de rien! Restes avec elles. Pigé? Dit Le Joker le regard noir.


-Bi… Bien, Patron. Dit Marcus en tenant la petite dans ses bras avec soins.


-Quand Harley reviendras, tu lui diras de venir avec la voiture au Musée, j’y serais. Owh et… Tâches de bien prendre soins de mes filles, Marcus… Si il leurs arrives quoi que ce soit, un bleu ou même si je vois qu’elles ont trop pleurées, je jure que tu payeras de ton propre sang! Dit Le Joker d’un Ton menaçant.


L’homme-clown pâlit en avalant sa salive avec difficulté, mais hocha la tête positivement. Le Joker jeta un dernier regard à sa fille, puis sans un mot de plus il quitta le repaire d’une démarche rapide.


Dehors, la nuit était tombée depuis un bout de temps déjà. Une nuit sombre, un peu comme tous les soirs sur la ville de Gotham. Ce soir, il faisait un peu plus frai, l’Automne se faisait sentir. L’Agent Du Chaos se mit à marcher vers le Musée, tout en remontant son collet de son veston pour se protégé un peu du froid.


Une fois face au Musée, Le Joker eu aucun mal de réglé le compte aux deux gardiens à l’entrée. Un p’tit coup de gaz hilarant et le tour était joué : Les deux gardiens s’écoulèrent au sol, se tenant les côtes en pleurant de rires à chaudes larmes. Tout en affichant un large sourire, Le Joker passa entre les deux gardiens et à l’aide d’une grenade il fit exploser la porte d’entrée! Cela déclencha aussitôt l’alarme, bien entendue! C’est ce que Le Joker souhaitait, il voulait se faire remarquer, encore une fois en espérant que son grand ennemi soit au rendez-vous. Mais bon, Joker en doutait cette fois, au moins peut-être que les flics alla l’amusé?


Suite à l’explosion, Le Joker entra dans le Musée avec ses mains croisées dans son dos. Derrière lui, les deux gardiens avaient fini par rendre leur dernier souffle, tous les deux la peau blanchit et en affichant un grand sourire figé sur leur visage. Le Joker fit quelques pas dans les nombreux couloirs du Musée, s’amusant à faire le plus de ravages possible sur son passage. Une grenade par-ci, une autre par- là : Toutes ses explosions le faisait bien rigoler. Il s’arrêta seulement au moment où son attention se posa sur un, ou plutôt deux objets en particulier. Les masques de La Comédie et La Tragédie! Ils étaient là dans une vitrine, à peine quelques mètres de lui…



Avec le manche de l’un de ses flingues, Le Joker cassa la vitrine et s’empara des deux masques. Il les serra contre lui et se remit en direction de la sortie. Une fois de retour dehors, il s’attendait à ce que Harley soit là avec la voiture, mais elle n’était pas encore arrivée. Le Joker soupira, il ne pouvait pas marcher à pieds avec ses objets en sa possession : Il devait donc attendre l’arrivée de Harley. Mais à ce moment, Le Joker vue une ombre menaçante de chauve-souris volé au-dessus de sa tête, suivit d’un petit bruit de cape… Le Joker sursauta, il serra la mâchoire en écarquillant les yeux. Il sortit l’un de ses flingues et fit volteface en pointant son arme! Mais… Rien! Personne, il était seul. Joker fronça les sourcils en tournant sur lui-même et en serrant toujours les deux masques célèbres contre lui. Il aurait pourtant juré qu’il avait bel et bien vue une ombre de chauve-souris. Son esprit tordue lui jouait-il encore des tours?

__________________

« Why So Serious ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 608
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 05/09/2011
Localisation : Quelque part dans Gotham City...
Emploi/loisirs : Criminelle et psychopathe
Humeur : Angélique à l'extérieur et Diabolique à l'intérieur

Votre personnage!
Côté Coeur: ♥ ♥ ♥ Le Joker ♥ ♥ ♥
Citation : Criminelle, un jour. Criminelle, toujours!!
Groupes: Criminel
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Dim 6 Oct - 12:50

Ça fait 1 an… 1 an qu’’Harley avait aidé le Joker à s’évader d’Arkham… 1 an qu’ils formaient le Duo-Clown, le plus terrifiant et le plus craint de tout Gotham City… 1 an qu’ils étaient en couple… 1 an que Harley s’était jeté dans le baril chimique de l’usine Axis Chemical et qu’elle est à l’image du Joker. Ils étaient inséparables… Jamais l’un sans l’autre tel est leur devise… Bon, ils avaient eu souvent des hauts et des bas jusqu’à où ils finirent de revenir ensemble. À ses yeux, c’est peut-être un psychopathe et un fou sadique mais Harley voyait autre chose derrière son maquillage collé à vie sur le visage du Joker. Ce qu’elle voyait derrière le maquillage du Joker est un homme comme les autres mais différent que seule Harley pouvait voir. L’Arlequin du Chaos le traitait comme un être humain et non comme une bête de foire, surtout qu’elle caressa ses cicatrices qui sont à la commissure de la bouche du Joker afin de lui montrer qu’elle n’avait pas peur et qu’elle n’était pas dégoûter en lui donnant des surnoms affectueux. Harley l’aimait tel qu’il était, même si c’est un criminel et un psychopathe ça ne changera rien pour elle, car il est comme elle… Un criminel. L’Arlequine ne le dénoncera jamais à Batman ou aux flics car elle préfère être à Arkham, en prison ou à en mourir. Elle avait juré loyauté, fidélité et honnêté envers l’Agent du Chaos. Tout comme elle avait juré de laisser Batman en vie par respect, par la volonté et par amour du Joker. Elle avait confiance en lui depuis la nuit où elle avait offert son corps et sa virginité au Joker. Mais si un jour, il ne sera plus là, Harley n’hésitera pas à le rejoindre dans la mort…
Au mois de Mars, le Joker avait demandé à Harley de devenir sa futur-femme! Elle avait évidemment accepté sans hésitation et elle lui avait aussi annoncé qu’elle était enceinte dont il en était le père! Joker alla devenir papa, cela avait été un choc pour lui mais il en était aussi très heureux de pouvoir avoir quelqu’un pour qui suivre ses traces dans le crime. Mais il eut un plus grand choc encore en apprenant qu’il alla être papa de deux jolie filles, des jumelles! Personne ne devait savoir qu’Harley soit enceinte, car le Joker ne voulait pas que quelqu’un sache qu’il avait maintenant une futur-femme et un futur-enfant qu’il aimait vraiment. Pour le futur mariage, ils en avaient un peu parlé à leurs proche, mais rien de trop bruyant non plus, valait mieux être discret quand ont était criminel.
Au début du mois d’octobre, plus précisément le 10 Octobre, les jumelles virent jour. Le Couple-Clown en fut très heureux, malgré que le Prince du Crime ne soit pas très à l’aise à l’idée d’être papa. Mais il était prêt à faire des efforts pour voir le bonheur de Harley et les jumelles et puis l’Arlequine sera là pour l’aider. Elles eurent le joli prénom de Delia et Deidra. Suite à la naissance de leurs deux petites Princesses Du Crime, le Joker avait annoncé la naissance de celles-ci seulement à ses hommes de mains les plus proches. Il ne voulait pas que trop de gens soit au courant de la situation. Pour ce qui est du mariage, le Couple-Clowns avaient l’intention de faire les démarches vers la fin du mois d’Octobre. Mais pas tout de suite…
Ce soir, nous étions le 20 Octobre, il est 20 h 30 et il fait noir. Harley venait de sortir du supermarché et rangea les courses dans le coffre de sa voiture. Elle était habillée de son habituel costume d’arlequin avec un long manteau noir et des gants en cuir noirs. Ses cheveux étaient en couette et elle portait son éternel maquillage collé à sa peau. Harley était contente de porter à nouveau ses habits, de boire à nouveau de la vodka, de fumer des cigarettes… Enfin… Sauf en la présence de ses filles et elle fait à nouveau le crime auprès de son fiancé. Une fois, qu’elle avait fini de charger les courses, Harley ferma le coffre et se dirigea vers la place conducteur avant de monter et de s’installer dans la voiture. L’Arlequin du Chaos vérifia sur la liste si elle n’avait rien oublié, elle était passée au supermarché pour prendre ce qui faut pour remplir le frigo et les placards ainsi que pour nourrir ses filles. Elle en avait profité d’aller dans un magasin de jouet pour prendre des peluches et jouets pour les jumelles. Une fois la liste vérifier, elle démarra, quitta le parking et se dirigea vers le Repaire.
Il est 22 h 45. Arrivé au Repaire, Harley s’arrêta et sortait de la voiture en se dirigeant vers le coffre pour prendre les courses. Elle ouvra le coffre et prenait les sacs avant de fermer le coffre. Elle se dirigea vers l’entrée et ouvra la porte avec son coude puisque ses bras étaient chargés de courses. Une fois à l’intérieur, elle ferma la porte avec son pied et regarda autour d’elle si elle voyait le Joker mais apparemment non.
-Il y a quelqu’un ? Joker, tu es là ? Dit-elle un peu fort.
Harley se dirigea vers la cuisine et posa les courses sur la table avant de commencer à ranger les courses. Une fois fini, Harley s’apprêta à prendre les peluches et jouets pour les jumelles alors que Marcus entra dans la cuisine.
-Ah, Marcus… Joker est là ? Et mes filles dorment sans problème ? Dit-elle avec un p’tit sourire.
-Non… Miss Quinn… Il est parti au musée et il a dit de le rejoindre avec la voiture. Pour les jumelles, elles sont dans leur chambre et elles dorment tranquillement. Dit-il un peu nerveux.
Ah oui, c’est vrai ! Le Joker avait prévu de voler les masque Comédie et Tragédie ! L’Arlequine regarda sa montre et prenait les jouets ainsi que les peluches avant d’aller monter les escaliers en se dirigeant vers la chambre des jumelles pour les voir en vitesse. Arrivé, elle entra sans faire de bruit dans la chambre et posa ses achats pour les filles sur la commode. Elle se tourna vers le berceau et s’approcha doucement. Arrivé au dessus du berceau, elle souriait l’air adoucit en voyant ses p’tite princesse du Crime qui dormaient comme des Anges. Elles sont tellement mignonne, tout le portrait de leur mère mais elles ont aussi le caractère du père. Surtout qu’elles avaient le même teint que leurs parents, mais c’est normal c’est génétique. Avant, Harley avait juré de protéger son fiancé et maintenant, Harley doit protéger aussi ses filles contre tout danger… Mais bon… l’Arlequine sortait de sa rêverie et sortait de la chambre sans faire de bruit avant de fermer la porte en douceur.
Harley descendait les escaliers et sortait du repaire en se dirigeant en vitesse vers sa voiture, elle y montait et la démarrera la voiture. L’Arlequine fonça à toute allure vers le Musée de Gotham. Harley tourna à gauche et à droite en évitant les voitures et les piétons à toute vitesse. Arrivé, elle aperçoit de loin le Joker qui tenait les deux masques devant le Musée alors elle s’arrêta net la voiture pile devant lui. Elle laissa le moteur tourner en prenant son maillet que le Joker lui avait offert pour Noel et descendait de la voiture en la contournant pour rejoindre le Joker.
-Désolé pour mon retard, mon Ange Noir, j’étais allé voir les jumelles après avoir ranger les courses. Dit-elle essouffler avec un p’tit sourire. Tu m’en veux ? *avec un air tristounet*
Le Joker lui répondit et Harley l’embrassa avec passion. Après quelques minutes d’enlacement, elle se détacha un peu de lui en souriant et regarda les masques que son fiancé tenait dans ses bras.
-Tu as eu ce que tu voulais à ce que je vois ? Dit-elle en caressant les masques. Tu as raison, ils iront très bien dans le salon et je les verrais bien au dessus du canapé.
Elle leva ses yeux vers le Prince du Crime avec le sourire adoucit et caressa sa joue meurtrie. C’est fou comme elle l’aimait, elle aimait tout chez lui mais pas pour la célébrité, ni pour la notoriété et ni pour ses richesses… Son sourire, son regard et son rire surtout qu’elle ne voyait pas un monstre en lui mais un homme comme les autres mais différent. Harley lui donna un léger baiser et posa son front sur sa tête avec le sourire toujours adoucit, le Joker lui disait de ne pas trop tarder ici car les flics allaient arrivés. Elle lui hocha la tête positivement et ils se dirigeaient vers la voiture en vitesse…

__________________


Avant je te protège, maintenant je protège toi et nos Princesses du Crime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Lun 7 Oct - 2:51


Lors du trajet, le conducteur de la Batmobile se pencha sur son ordinateur de bord liant avec les satellites de la Batcave qu'est programmé pour suivre l'action. Alfred prit le commandement du Bat-ordinateur en pianotant à toute vitesse afin de pirater l'aperçu du musée liant par les caméras de surveillance. L'alarme du musée avait dû alerter les autorités. L'oeil de l'une des caméras de surveillance révéla la présence d'un individu familier et pas qu'un peu.. Une silhouette vêtu de violet, des cheveux verts ébouriffés, le sourire malsain jusqu'aux dents : Le Joker, lui-même. Naturellement, le fils héritier des Wayne ne s'attendait pas directement à un tel personnage dès sa première entrée. Il aurait pensé à des cambrioleurs rien de plus banals mais non, le Joker avait donc décidé de faire encore parler de lui. Bruce gardait les yeux sur l'écran sans cligner des paupières qui révélèrent le temps qu'il prendra jusqu'à la destination demandée. - Deux gardes étaient morts, pris par les effets coupés avec des substances plus dangereuses du prince du crime, leur donnant une mort expéditive. Avec les recherches qu'a fait Alfred, on apprend que l'invité surprise était à la recherche des masques des comédies et tragédies.

Batman connaissait bien ce qu'ils apportent. Avec un peu de mémoire, l'histoire nous raconte que l'origine des masques du théâtre grec ne sont pas connus avec exactitude. Ce serait Thespis, l'un des premiers tragédiens grecs, inventeur de la tragédie attique (VIème siècle av JC) qui, en se barbouillant le visage de lie de vin ou de céruse, aurait donné naissance au masque. Certains considèrent cependant que ce serait son élève, Phrynichos*, qui se serait peint le visage en blanc puis à la teinture de pourpier. Bruce fulmina intérieurement contre lui-même. Déjà deux morts. A croire qu'à son absence, il craignait le pire. Dans cette situation, il s'avouait égoïste. Quittant Gotham pour seulement régler quelques soucis concernant le cas de l'une des filiales de son arsenal de crimefighting.

La douleur était sa première mémoire. La douleur et l'obscurité. Le sentiment de douleur et la peur et l'obscurité environnante, puis soudain plus rien. Le sentiment de rien n'était étrange sans émotions ou sensations. A un moment donné, c'était comme si le sentiment de déconnexion était étranger et pourtant réconfortante. Il s'était trop laissé aller par son autre facette. Maintenant, il se culpabilise d'avoir une absentéiste assez large. La plupart des aliénés -comme le cas du Joker- arpentent les ruelles de Gotham. - A Métropolis, les enquêtes que procurait le jeune milliardaire avaient fait long chemin. Il avait profité des quelques grands restaurants élevés, profitant de la cuisine japonaise dans un bar à sushi locale, s'en réservé quelques pâtés de maisons à midi, puis courir sur quelques modèles sportifs avec des clubs de golf comme le country club. Et comme à chaque soir, il se dirigeait par la porte tournante du hall de l'hôtel, en marchant à l'extérieur, le soleil brillait sur ses fortes courbures de son visage ciselé. Il y a parfois quelques femmes lui passant sur le trottoir, en admirant les fonctionnalités magnifiques du beau et charismatique jeune héritier milliardaire. Bref, mise à part ses enquêtes, il n'y avait rien de bien palpitant à découvrir.

Bruce revint à la réalité lorsqu'il capta une communication des forces de l'ordre. On voyait cela d'un mauvais œil. S'ils interviennent, le Joker serait déjà loin. C'était un personnage assez redoutable, quitte à assortir de divers de panoplies de gadgets pour semer ses traqueurs dans la seule volonté de rentrer chez lui, une fois que sa tâche soit accomplie. Une tâche qu'est le plus souvent une cour de récré. C'était autant un magicien qu'un comédien à l'humour noir. Et quiconque ne pourrait tolérer ce genre de dégâts qu'il pourrait causer. Il en avait déjà assez fait pour ce soir, et ce serait sa dernière.

« Maître Wayne ? Je profite du reste du temps de votre trajet pour vous annoncer un fait assez inquiétant concernant la filiale Biotech de l'entreprise Wayne.
- Qu'il y a-t-il, Alfred ?
- Hé bien.. »


Le senior laissa flotter du suspens involontairement alors qu'il entendit les pneus de son interlocuteur à l'autre bout du fil sifflé tout en faisant un dérapage. Ce qui explique que le conducteur a dû éviter un autre véhicule qui allait en sens inverse. L'ancien espion britannique inhala une profonde inspiration avant de poursuivre :

« J'aurais pu vous prévenir bien assez tôt. Effectivement, j'ai dû égarer involontairement cette annonce pendant un certain temps. Mais en y pensant, avec les soucis qu'on vous renverse, je pensais qu'il fallait peut-être attendre quelques temps avant de vous en faire part. Bien voilà, le professeur Geerson m'a glissé un mot en ce qui concerne le développement des produits pharmaceutiques visant particulièrement les problèmes du VIH.
- Je vois. Et quand est-il des résultats ? »


Alfred eut les lèvres acérés (dont son jeune maître ne pouvait discerner son expression). Mais ce visage inquiétant ne semble très certainement pas annoncé une nouvelle positive, c'est certain. Il savait que ce n'était pas le moment le plus propice pour l'annoncer maintenant, mais son autre fait lui en a dissuadé.

« Je crois qu'il vaudrait mieux en parler au reste du sujet quand vous rentrerez, monsieur. Sans vouloir paraître éludant.
- Ce n'est rien, nous en reparlerons, comme tu l'as si bien dis. »


Le propriétaire de la Batmobile finissait le rapport. Il repéra ensuite le lieu de la cible. Il s'approcha doucement et activa le commandement automatique (qui, le véhicule, s'apprêtait de rentrer toute seule à la base) pour laisser place au siège éjectable d'évacuer ce dernier dans un saut de grade remarquable dans les airs. Sitôt faite, le chevalier noir se saisit de son pistolet à grappin, tira dessus afin qu'un crocher en forme de chiroptère attaché à un câble de ligne à haute résistance rétractable s'accroche au toit de la façade du musée. Batman survola sur le toit alors qu'au même moment, le cambrioleur des masques opposants se hâta vers la sortie. Fort heureusement, il avait à peine aperçu l'ombre de son observateur.

Le Justicier s’était planté en l'absence de la vue de la cible, juste dans l'ombre du sommet tout en l'observant lentement, sa cape volant au vent. Il avait tout du cerbère qui défendrait les lieux, les individus, même s’il devait en mourir. - Soudain, une voiture se pointa, juste devant le cambrioleur Clownesque. Une jeune femme vêtu d'Arlequin et accompagné de son maillet fit son apparition. Le jeune héritier des Wayne en a entendu parler de cette demoiselle. Elle avait été au départ une brillante professeur d'Art, travaillant au sein de l'asile d'Arkham mais son emploi fût gâché par son amour propre envers le prince du crime, qu'elle devint ensuite sa complice la plus fidèle portant maintenant le nom "D'Harley Quinn". D'ailleurs, le docteur Jeremiah Arkham lui peinait de sa toute nouvelle couverture. C'était du gâchis. Mais que voulez-vous ? Il y a des destins, parfois, qui réservent de bon ou mauvais jugements.

Batman activa le mode "espion" via son oreillette afin d'entendre au loin, la conversation des deux individus. - Harley contourna son véhicule pour rejoindre le Joker.

« Désolé pour mon retard, mon Ange Noir, j’étais allé voir les jumelles après avoir ranger les courses. Dit-elle essouffler avec un p’tit sourire. Tu m’en veux ? »

Les jumelles ? Bruce Wayne ignorait de qui la demoiselle parlait, il aurait pensé qu'il s'agissait probablement de leurs sous-fifres parmi tant d'autre. Certes... Peut-être bien. - Alors que le Joker lui répondait, la jeune femme l'embrassa avec passion. Puis, peu de temps après quelques passionnantes étreintes, l'Arlequin se détacha un peu en lui souriant et regardant les masques que son compagnon tenait.

« Tu as eu ce que tu voulais à ce que je vois ?
Dit-elle en caressant les masques. Tu as raison, ils iront très bien dans le salon et je les verrais bien au-dessus du canapé. »

Le Justicier de la nuit avait bien observé leur échange de regard, leurs échanges de mots. Ils s'aimaient, et pour la première fois, le Joker avait ouvert son cœur envers une personne, une personne vivante, humaine. Un sentiment ayant un peu commué la nature de sa véritable personne. Cupidon avait réussi à lui transplanté une flèche. Et ses sensations redonnent la clarté à ses ténèbres, remets en liberté ses jours funèbres. Cependant, ce soir, l'Agent du Chaos avait eu la mauvaise idée de faire un faux pas, de provoquer un délit qui avait dépassé son égal.

Alors que le duo clownesque se dirigea vers leur véhicule, Batman se saisit de plusieurs petites grenades assourdissantes et les propulsa en s'accrochant sur les roues de la voiture d'Harley. Il activa leur déclenchement via télécommande radio et les explosifs provoquèrent de petites détonations afin de faire ralentir leur mouvement de par l'étonnement. - Par la suite, le Justicier se saisit d'un Batarang tranchant, activa sa visé et le lança en direction de l'un des pieds du Joker afin de lui administrer un croche-pied. Il fit de même avec Harley en se saisissant d'un autre Batarang. Une visée, une lancée et elle chuta à terre. Le chevalier noir de Gotham prit ensuite son envol au-dessus du duo en déployant sa cape qui lui donnait une allure de monstre nocturne. Il avait calculé la distance des quelques mètres de son atterrissage, visant particulièrement ses deux cibles. Dès l'atterrissage, Batman se tenait, non pas loin de quelques centimètres près du duo infernal.

« Je vois qu'on s'amuse bien ici. Vous permettez que je me joigne à la danse ? »

Le Batman disait cela d'un timbre légèrement calme en plissant des yeux. Et ce regard... Un regard aussi froid que l'hiver qui vous fait froid dans le dos. Celui avec qui l'on rendait la personne mal à l'aise. Il s'approcha de quelques pas vers les deux individus. On ne pouvait à peine entendre ses bottes claquer contre le sol faite de ciment.

« Vous n'irez nulle-part, surtout lorsque vous êtes en possession d'objets qui ne vous appartiennent pas. »

Le chevalier noir resta aussi droit qu'un statut de marbre. (Peut-être pire). Pire qu'un statut de marbre.. Soudain, ce dernier contra d’un uppercut violent qui envoya le Joker s’écraser contre le véhicule de sa douce. Ce coup n'était rien comparé à l'assassinat des deux gardes qu'avait orchestré l'aliéné barbouillé de blanc. - Bruce tendit la main vers l'individu vêtu de violet avec l'un de ses mouvements secs.

« Les masques, et je te promets de te briser moins d'os, à l'avenir. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 153
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Devant toi, près à afficher un joli sourire sur ton visage!
Emploi/loisirs : Agent Du Chaos. / Prince Du Crime.
Humeur : Dangereusement bien. / Frôlant l'hystérique.

Votre personnage!
Côté Coeur: ♥♥♥ Harley Quinn ♥♥♥
Citation : La vie est la vie, il faut en rire…
Groupes:
avatar
The Joker
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Lun 7 Oct - 21:55

Le Joker scrutait de son regard brûlant de malice le moindre bruit suspect d’une présence quel conte, son bras droit tendue devant lui en pointant son flingue dans le vide et son bras gauche entouré au tour des deux masques qu’il serraient contre lui. L’Agent Du Chaos fronça les sourcils, il aurait pourtant juré qu’il avait bel et bien vue cette ombre de chauve-souris plané au-dessus de sa tête quelques secondes plus tôt, une ombre horriblement familière : Cette ombre terrifiante qui appartenait à son grand ennemi de toujours, à Batman. Mais Le Prince Du Crime avait beau rester aux aguets, il y avait rien. Plus aucun bruit, plus de signe de vie de quoi que ce soit, un calme quelque peu angoissant régnait. Le Joker soupira, il abaissa légèrement son arme en se disant qu’il devenait peut-être un peu trop parano’ avec le temps. Son esprit tordu devait lui joué des tours.


-Ridicule… Marmonna-t-il en remettant son flingue dans l’une de ses poches.


Soudainement, le bruit d’une voiture se fit entendre. Le clown-psychopathe à l’humour noir se retourna et reconnu la voiture de Harley qui arrivait sur place. Un fin sourire satisfait s’étira sur les lèvres du Joker.


L’Arlequine arrêta la voiture pile face à lui, elle laissa le moteur tourné et en sortie. Elle détourna la voiture et venue le rejoindre.


-Désolé pour mon retard, mon Ange Noir, j’étais allé voir les jumelles après avoir ranger les courses. Dit-elle essouffler avec un p’tit sourire. Tu m’en veux ? *avec un air tristounet*


Le Joker sourit aux paroles d’Harley, un sourire plutôt amical, même un peu adoucit envers elle. Ce n’était pas le genre de sourire provocateur, moqueur, malicieux et démentiel qu’il avait l’habitude d’adresser à ceux qu’il parlait normalement. Non, ce sourire était beaucoup plus… Humain? Oui, c’était le mot juste. Mais seule Harley avait la chance de voir ce côté du Joker.


-Ce n’est pas grave, ma toute belle. L’important c’est que tu sois là et je savais que tu arriveras. Dit-il enjoué en lui faisant un clin d’œil.


Suite à ses paroles, Harley l’embrassa avec passion. Le Joker répondit à ce baiser avec fougue et glissa son bras libre au tour de la taille de Harley. Après quelques secondes d’enlacements, ils se séparèrent un peu en restant toutefois assez proche l’un de l’autre.


L’Arlequine lui sourit et posa ses yeux bleus sur les masques de Comédie et Tragédie que Le Joker avait toujours en sa possession.


-Tu as eu ce que tu voulais à ce que je vois ? Dit-elle en caressant les masques. Tu as raison, ils iront très bien dans le salon et je les verrais bien au dessus du canapé.


Le Prince Du Crime ricana et sourit malicieusement.


-C’est justement la place que j’imaginais aussi, au-dessus du canapé. Dit-il enthousiasmer.


Le Joker fit un sourire adoucit quand Harley lui caressa sa joue cicatrisé, il la laissa faire. Il aimait son contact. Après quelques secondes, Le Joker se dégageas un peu d’Harley et regarda un moment au tour.


-Ont ne devraient pas trainer. J’ai fait assez de Bazard, les flics devraient pas tardés. Partons. Dit-il malicieusement et enjoué à la fois.


Harley hocha positivement la tête, puis ils montèrent à bord du véhicule.


Le Joker monta au côté passager alors que Harley monta du côté conducteur en se mettant à rouler en vitesse. Joker ricana, il posa les deux masques sur le siège arrière de la voiture et sourit malicieusement en disant moqueur :


-C’était presque trop facile!


Mais… À peine ses paroles dit, le véhicule fit un faut-mouvement! Joker avait parlé trop vite : Ils avaient une crevaison! L’Agent Du Chaos soupira en lâchant un juron.


-Merde! Ont n’as dû roulé sur un cloue ou un truc du genre. Je m’en charge. Tu as emporté les pneus de secours? Dit Le Joker en ouvrant sa portière de voiture.


Le Joker posa pieds au sol, il voulue se dirigé vers les pneus arrière du véhicule mais à ce moment-là… «VLAME»! Un truc s’emmêla dans ses pieds! Le Prince Du Crime étouffa un grognement et s’étala de tout son long sur la rue froide. Il lâcha un nouveau juron et tourna un regard meurtrier en direction de l’objet en question qui l’avait fait trébucher… C’était un Batarang : Un bout métallique en forme de chauve-souris! La mâchoire serré, les yeux du Joker s’écarquilla de surprise. Il y avait qu’une seul et unique personne qui utilisait ce genre de gadgets. Le Prince Du Crime les aurait reconnues n’importe où.


-Batman… Dit Joker dans un demi murmur.


L’Agent Du Chaos se redressa sur ses genoux et jeta un regard en direction de Harley, il voulue la prévenir de rester dans la voiture, mais il était déjà trop tard elle avait également reçu un Batarang et se retrouva à son tour au sol pas loin du Joker.


À peines quelques secondes après, une ombre menaçante et monstrueuse de chauve-souris plana au-dessus de la tête du Duo-Clown. Le Joker sentie son cœur manqué un battement puis soudainement s’affoler. Était-ce possible? Était-ce vraiment lui? Il ne c’était donc pas tromper, son ennemi de toujours était bel et bien à ses côté en cette nuit d’Octobre? Batman était de retour?


L’ombre menaçante se posa non loin d’eux et une voix familière aux oreilles du Joker se fit entendre :


-Je vois qu'on s'amuse bien ici. Vous permettez que je me joigne à la danse ?


Le Joker redressa la tête, l’espoir se fit lire dans son regard mélangé à sa démence habituel. Grand, menaçant, vêtue tout de noir, Batman était bel et bien là face à eux! Oh oui, c’était lui… Joker aurait reconnu cette voix grave et ce regard glacial n’importe où!


Les lèvres du criminel s’étirèrent alors qu’il prit parole d’un Ton plus joyeux pour répliquer à son grand ennemi :


-En voilà une manière de «saluer» son vieux pote! Je n’ai pas le droit à un câlin?! Pfff… Tu me déçois, Batsy’!


Le Joker étouffa un petit ricanement en se relevant sur pieds, il épousseta son veston pour y retiré un peu la poussière. Puis toujours avec ce grand sourire, il reposa ses yeux sur Batman.


Batman s’approcha de quelques pas d’eux. Le Joker fit un pas sur le côté, se mettant légèrement devant Harley. Pour la protégée? C’est en effet ce qu’il faisait, discrètement. Quoi que, il devait avouer qu’il espérait de tout coeur échanger de nouveaux quelques coups avec Le Chevalier Noir de Gotham.


-Vous n'irez nulle-part, surtout lorsque vous êtes en possession d'objets qui ne vous appartiennent pas.


Le Joker pencha la tête sur le côté, sans broncher aux paroles de Batman, il se contenta de sourire ce qui pouvait être agaçant. Mais il était beaucoup trop heureux de retrouver Batman pour fuir maintenant. Face à eux, Batman était de marbre… Dénudé de tous sentiments, tellement sérieux! Cet air sérieux donna envie au Joker de lui infliger un violent direct. C’est d’ailleurs ce qu’il voulue faire, mais à peine le poing lever… Batman répliqua rapidement en lui infligeas soudainement un uppercut violent qui envoya le Joker s’écraser contre le véhicule de sa douce.


L’Agent Du Chaos se retrouva plaqué, dos contre la portière arrière du véhicule, l’une des mains du Chevalier Noir fermement serré au tour de sa gorge! Le Joker étouffa un rire, un peu coupé par la force que Batman exerçait sur sa gorge.


Il jeta un regard provocateur à Batman qui lui dit :


-Les masques, et je te promets de te briser moins d'os, à l'avenir.


Le Joker posa ses deux mains sur les avant-bras du Justicier.


-Héhé… Comme si cela changerait vraiment quelques choses… Tu… Héhé… Tu me briseras toujours quelques choses… Un bras… Une jambe… Quelques côtes… C’est plus fort que toi… Avoue-le, hum?!... Héhé… Mais tu refuses de me tuer… Car au fond, tu ne peux pas te passé de moi… Tout comme moi envers toi d’ailleurs… Héhé… Tu m’amuse trop pour je veule me débarrasser de toi vraiment… Bat’… Dit-il entre quelques rires en respirant avec difficulté sous l’emprise du Chevalier Noir.


Le Joker jeta un regard derrière Batman, Harley c’était relever avec son maillet en main… Le Prince Du Crime fit un clin d’œil en rajoutant le souffle court :


-Et puis… Sache que j’ai toujours un AS dans ma manche…

__________________

« Why So Serious ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 608
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 05/09/2011
Localisation : Quelque part dans Gotham City...
Emploi/loisirs : Criminelle et psychopathe
Humeur : Angélique à l'extérieur et Diabolique à l'intérieur

Votre personnage!
Côté Coeur: ♥ ♥ ♥ Le Joker ♥ ♥ ♥
Citation : Criminelle, un jour. Criminelle, toujours!!
Groupes: Criminel
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Ven 11 Oct - 9:42

Le Joker fit un sourire adoucit quand Harley lui caressa sa joue cicatrisé, il la laissa faire. Il aimait son contact. Après quelques secondes, Le Joker se dégageas un peu d’Harley et regarda un moment au tour.
-Ont ne devraient pas trainer. J’ai fait assez de Bazard, les flics devraient pas tardés. Partons. Dit-il malicieusement et enjoué à la fois.
Harley hocha positivement la tête, puis ils montèrent à bord du véhicule.
Le Couple-Clown monta dans la voiture et Harley démarra en roulant à toute vitesse. Joker ricana, il posa les deux masques sur le siège arrière de la voiture et sourit malicieusement en disant moqueur :
-C’était presque trop facile!
Pendant qu’Harley conduisait, elle rigola aussi avec un sourire amusé :
-C’est clair, poussin !
Mais… À peine leurs paroles dites, le véhicule fit un faut-mouvement! Le Couple-Clown avait parlé trop vite : Ils avaient une crevaison! L’Agent Du Chaos soupira en lâchant un juron.
-Merde! Ont n’as dû roulé sur un cloue ou un truc du genre. Je m’en charge. Tu as emporté les pneus de secours? Dit Le Joker en ouvrant sa portière de voiture.
-Oui, ils sont dans le coffre. Dit Harley en détachant la ceinture.
Le Joker posa pieds au sol, il voulue se dirigé vers les pneus arrière du véhicule mais à ce moment-là… «VLAME»! Un truc s’emmêla dans ses pieds! Le Prince Du Crime étouffa un grognement et s’étala de tout son long sur la rue froide en lâchant un nouveau juron. Ayant entendu, Harley sortait de la voiture en la contournant et voyait l’Agent Du Chaos qui se redressa sur ses genoux en la regardant, il voulait lui dire quelque chose. Mais trop tard Harley tomba au sol pas loin du Joker en recevant quelque chose à ses jambes, elle jeta un coup et ses yeux écarquillèrent de surprise en voyant un Batarang.
-C’est impossible… Murmura-t-elle
À peines quelques secondes après, une ombre menaçante et monstrueuse de chauve-souris plana au-dessus de la tête du Duo-Clown.
L’ombre menaçante se posa non loin d’eux et une voix familière aux oreilles du Joker se fit entendre :
-Je vois qu'on s'amuse bien ici. Vous permettez que je me joigne à la danse ?
Le Joker redressa la tête, ses lèvres alors qu’il prit parole d’un Ton plus joyeux pour répliquer à son grand ennemi :
-En voilà une manière de «saluer» son vieux pote! Je n’ai pas le droit à un câlin?! Pfff… Tu me déçois, Batsy’!
Harley rigola un peu avec un sourire malicieux et un regard rempli de folie. Le Joker étouffa un petit ricanement en se relevant sur pieds, il épousseta son veston pour y retiré un peu la poussière. Puis toujours avec ce grand sourire, il reposa ses yeux sur Batman.
Batman s’approcha de quelques pas d’eux. Le Joker fit un pas sur le côté, se mettant légèrement devant Harley. Pour la protégée? C’est en effet ce qu’il faisait, discrètement. Harley savait toujours que son fiancé la protégea toujours contre tout danger et même contre Batman.
-Vous n'irez nulle-part, surtout lorsque vous êtes en possession d'objets qui ne vous appartiennent pas.
Harley observa le Joker, qui pencha la tête sur le côté, sans broncher aux paroles de Batman, il se contenta de sourire ce qui pouvait être agaçant. Le Joker le frappait mais Batman était rapide en lui infligeas soudainement un uppercut violent qui envoya le Joker s’écraser contre le véhicule de sa douce. Harley jeta un regard meurtrier à Batman en sentant la rage montait en elle. Il y a une seule chose qu’elle déteste et qu’elle ne supporterait pas c’est qu’on faisait du ma ou insultait son aimé.
L’Agent Du Chaos se retrouva plaqué, dos contre la portière arrière du véhicule, l’une des mains du Chevalier Noir fermement serré au tour de sa gorge! Le Joker étouffa un rire, un peu coupé par la force que Batman exerçait sur sa gorge. L’Arlequine se dépêcha de se libérer pour le secourir, elle sortait son couteau de chasse de sa botte et coupa les cordes avant de le ranger dans sa botte et d’attraper le maillet qui était à côté d’elle.
Il avait du mal à respirer, pourtant il trouvait la force d’en rire et de jeter un regard provocateur à Batman qui lui dit :
-Les masques, et je te promets de te briser moins d'os, à l'avenir.
Le Joker posa ses deux mains sur les avant-bras du Justicier. Il toussa un peu en cherchant l’air et adressa un sourire moqueur à son grand ennemi.
-Héhé… Comme si cela changerait vraiment quelques choses… Tu… Héhé… Tu me briseras toujours quelques choses… Un bras… Une jambe… Quelques côtes… C’est plus fort que toi… Avoue-le, hum?!... Héhé… Mais tu refuses de me tuer… Car au fond, tu ne peux pas te passé de moi… Tout comme moi envers toi d’ailleurs… Héhé… Tu m’amuse trop pour je veule me débarrasser de toi vraiment… Bat’… Dit-il entre quelques rires en respirant avec difficulté sous l’emprise du Chevalier Noir.
Le Joker jeta un regard derrière Batman, Harley s’était relever avec son maillet en main et un regard aussi noir que les Ténèbres envers Batman. Elle brandissait son maillet avec un sourire malicieux et un clin d’œil envers son fiancé. Le Prince Du Crime fit un clin d’œil en rajoutant le souffle court :
-Et puis… Sache que j’ai toujours un AS dans ma manche…
Elle brandissait un peu plus et donna un coup sur la tête de Batman avant que celui-ci tomba au sol l’air sonné. Mais la rage d’Harley n’était pas descendu, elle laissa tombé le maillet infligea de violent coup à Batsy jusqu’à qu’il soit presque dans les vapes. L‘Arlequine se mettait en califourchon sur lui pour le tenir immobile et sortait son couteau de chasse de botte. Elle voulait en finir pour que Batman ne fasse plus de mal au Joker, qu’il ne les poursuivait plus... Plus jamais…
-Maintenant… Tu ne nous tourmenteras plus jamais… Tu vis ta dernière heure Batsy… Adieu… dit-elle la respiration précipitée.
Avec un sourire sadique, Harley brandissait son couteau et au moment où elle alla frapper en plein cœur… Une main gantée l’intercepta, elle connait cette main n’importe où dans Gotham.
-Non ! Laisse-moi ! Laisse-moi en finir avec lui ! dit-elle en essayant de dégager sa main.
Le Joker ne l’écoutait pas, il la releva en tenant toujours son poignet et sa taille pour l’empêcher d’y retourner alors qu’elle se débattait pour se libérer mais en vain. Son fiancé la tourna pour mettre face à lui et la prenait par les épaules avant de la secouer pour qu’elle se ressaisisse… L’Arlequine finissait par se calmer en respirant normalement et baissa son regard l’air troublé, ce qu’elle s’apprêtait à faire… Elle allait briser son serment ! Elle avait juré de ne pas tuer Batman ! Elle avait juré de laisser Batman en vie par Amour pour le Joker afin que celui-ci le tue de ses propres mains, mais ce soir… Elle avait craqué, elle avait peur pour lui et pour ses filles.
L’Arlequine lâcha son couteau, toujours troublé, et commença à verser des larmes en mettant ses mains sur son visage. Elle sentait son fiancé, qui la prenait dans ses bras, et elle se blottissait dans ses bras en continuant de pleurer.
-Excuse-moi, mon Amour… J’ai peur de te perdre… Et j’ai peur pour nos filles… Il allait te tuer… dit-elle toujours en larme.
En sentant que l’Agent du Chaos se dégagea un peu d’elle en lui prenant son visage entre ses mains, Harley le regarda toujours en larme et il lui disait quelques choses pour la réconforter et lui consoler. À la fin, elle finissait par sourire un peu en versant ses dernières larmes et il lui donna un baiser sur son front jusqu’à où Batman commença à se relever. Harley ramassa son maillet et fuyait avec le Prince du Crime main dans la main…

__________________


Avant je te protège, maintenant je protège toi et nos Princesses du Crime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   Dim 13 Oct - 6:20


Le prince du crime s'était collé comme une cible immobile épinglée sur la porte arrière de sa voiture jusqu'à ce que l'agresseur vêtu de noir l’ait saisi par le col, sans ménagement. Étant parfaitement hostile, Batman ne rigolait pas lorsqu'il avait envoyé les paroles les plus réconfortants, voire même, les plus rassurants. Il n'hésiterait pas à dégommer le sourire du Joker de plusieurs coups de racines. Il pourrait recommencer ses œuvres si le cambrioleur de la soirée n'obtempéra pas à ses ordres. C'était sans compter. Un fou. A croire qu'il aime ça. Au fond, peut-être que le terrible psychopathe aime l'amertume, la torture et j'en passe. Il aime autant d'en infliger que d'en recevoir. C'était d'ailleurs ce qu'on ait pu constater selon son dossier conservé dans les archives d'Elizabeth Arkham. Bruce l'avait étudié maintes fois son rapport qu'il avait ensuite fait copier après l'accord des consultants du patient. En feuilletant son dossier, on pouvait retenir plusieurs faits sur son psychisme dont l'un d'eux, est le fait que Napier soit d'une manipulation émotive. Psychologiquement, l'ancien humoriste raté cachait son génie par une mise en scène assez farfelue. Il n’aurait même pas besoin d’attendre plus longtemps pour dévoiler ses cartes. Dès qu'une situation tourne mal, ce dernier avait toujours quelque-chose, des choses abracadabrantes en lui qui pourraient le faire sortir sans problème, parfois aidée de sa toute nouvelle complice comme dans le cas de maintenant. Les roues de son véhicule avait été rompues mais cela ne l'empêchait pas d'avoir emporté avec lui, par exemple, un autre moyen de transport (d'une forme probablement ridicule mais efficace) camouflé soit dans le coffre de sa voiture, ou ailleurs.

Les sourcils froncés, la chauve-souris le tenait fermement par le col, le forçant à le regarder lorsqu'il lui avait adressé ses propos. Le Joker posa ses deux mains sur les avant-bras du Justicier. Il toussa légèrement cherchant de quoi s'aérer. Malgré cela, le Batman ne desserra pas son étreint. Dans le fond, Bruce était hors de contrôle, plongé au milieu de la violence il ne se maîtrisait plus. Il avait pensé à ces multiples victimes que l'Agent du Chaos s'était donné le plaisir de leur infliger une mort comme il aime pendant l'absence du chevalier noir. Bruce Wayne ne cessait de se culpabiliser sur ces actualités et il n'avait pas oublié la façon de tuer que le déséquilibré aux cheveux feuilles de thés réservait à ses victimes. A l'heure actuelle, on ne pouvait discerner l'aura impassible que dégageait le chevalier noir. Cela cachait ses véritables ressentiments. Il s'était retenu de réprimer sa fureur et sa culpabilité pour n'en faire sortir que son imperturbable atmosphère réfrigérant. - Le Joker conclut son expression d'un sourire moqueur, le donnant, comme à l'habitude, un air goguenard.

« Héhé… Comme si cela changerait vraiment quelques choses… Tu… Héhé… Tu me briseras toujours quelques choses… Un bras… Une jambe… Quelques côtes… C’est plus fort que toi… Avoue-le, hum?!... Héhé… Mais tu refuses de me tuer… Car au fond, tu ne peux pas te passé de moi… Tout comme moi envers toi d’ailleurs… Héhé… Tu m’amuse trop pour je veule me débarrasser de toi vraiment… Bat’… »
Dit-il entre quelques rires en respirant avec difficulté sous l’emprise du Chevalier Noir.

Napier refusa de céder à la demande de son agresseur. Évidemment, ce dernier cherchait toujours à se tirer dans le pied. Mais oui, l'ambiance n'avait jamais changé jusqu'à maintenant. Et le fréquent patient de l'asile d'Arkham avait raison. Même si on ne se lasserait jamais de lui briser quelques membres, que ce soit locomotions ou préhensions, cela ne changera absolument rien, à l'avenir. Le prince du crime a beau être le premier des tarés, il ne reste pas moins l'individu ayant un seul argument qui donne bon jugeote. Sous prétexte que malgré les menaces que son ennemis lui balance, il ne peut qu'être habitué. Tellement habitué qu'il sait maintenant dompter la douleur. Ou bien, il aime la ressentir (oui, oui, je le redis encore).

Le Joker jeta un regard en direction de la jeune femme, d’où Batman était dos à elle. Si nos tympans restent attentifs, ils pourraient à peine entendre la personne se lever. L'Orphelin de la famille Wayne ne se retourna pas, le temps ne lui avait pas permis. Plus ça avance, et plus cela devenait prompt. Il avait l'habitude. Mais le souci c'est la chose qui avait changé en lui. Le brun ne pouvait identifié cette chose. Qu'est-ce qui l'avait changé ? Il ignorait. Tôt ou tard, il trouverait la réponse. Mais en attendant, le rongeur volant (comme certains l'appellent) se contenta de dévisager sa cible. Il commençait à perdre patience. A croire que cela se passe toujours ainsi lorsqu'il est en mesure de faire face à ses adversaires. En particulier le duo Clown, le défiant continuellement avec autant de sarcasme à son grand désarroi.

Le Prince du Crime fit un clin d’œil étant spécialement dédié à sa complice et s'adressa avec le souffle court à son agresseur :

« Et puis… Sache que j’ai toujours un AS dans ma manche… »

Son As.. Of courses. Heureusement pour la fille, Batman connaissait à peine ses capacités, sa façon d'agir pour devancer ses attaques. Ses mains étaient occupé par le veston du Joker, et son réflexe ne l'avait pas permis de le faire agir aussi rapidement puisque la jeune femme parût extrêmement véloce pour se faire estimer ainsi puisque le chevalier noir se reçoit aussitôt un coup derrière la tête. Mais ce n'était pas terminé, Harley semble être en plein rage, qu'elle laissa tombé son maillet au sol et envoya à Batman une bordée de coup de poing, des gauches et des droites rapides jusqu'à ce qu'il soit presque dans la défaillance. L‘Arlequine se mettait en califourchon sur lui pour le tenir immobile et sortait son couteau de chasse de botte.

« Maintenant… Tu ne nous tourmenteras plus jamais… Tu vis ta dernière heure Batsy… Adieu… »
dit-elle la respiration précipitée.

Une chance pour la combattante aux techniques expéditives, l'homme chauve-souris fût non seulement affaiblit par les chocs physiques assené par cette dernière mais en plus, son manque d'appétit affirmait aisément que son teint pâle derrière son masque attirerait leur attention (ce qui explique, son manque de réflexe et de tic pour esquiver les coups donnés par la jeune femme). Et puis, il voulait aussi la tester. En connaître davantage sur ses capacités, ses techniques.. Et il avait presque tout vue (voire même presque tout goûté). Avec un sourire aussi sadique que son compagnon, Harley brandit son couteau en direction de la victime et au moment où elle alla frapper en plein cœur, une main gantée la saisit du poignet pour l'interrompre.

« Non ! Laisse-moi ! Laisse-moi en finir avec lui ! » dit-elle en essayant de dégager sa main.

Le Joker ne l’écoutait pas, il la releva en tenant toujours son poignet et sa taille pour l’empêcher d’y retourner alors qu’elle se débattait pour se libérer mais en vain. Son fiancé la tourna pour mettre face à lui et la prenait par les épaules avant de la secouer pour qu’elle se ressaisisse. L’Arlequine finissait par se calmer en respirant normalement et baissa son regard l’air troublé, ce qu’elle s’apprêtait à faire. De toute façon, l’hypothèse amène à confirmer que même étant un peu sonné, les coups de l'ancienne professeur d'Art n'étaient pas assez suffisant. Elle était véloce, forte mais cela n'est pas suffisant pour pouvoir le tuer, maintenant. Non pas parce que le Joker ne veut pas, cela n'a rien à voir. Bruce Wayne ne la laisserait pas faire, même affaiblit, ce dernier ne les laisserait pas gagner.

Harley Quinn lâcha son couteau, toujours troublé, et commença à verser des larmes en mettant ses mains sur son visage. Son fiancé la prenait dans ses bras, et celle-ci se blottissait dans ses bras en ne cessant de pleurer.

« Excuse-moi, mon Amour… J’ai peur de te perdre… Et j’ai peur pour nos filles… Il allait te tuer… »

Oui, là, on a bien entendu ce qu'elle venait d'affirmé. "pour nos filles". Mais ce genre de sujet, on va revenir pour plus tard. Pour l'instant, concentrons-nous sur le cas du "Il allait te tuer". Intérieurement, Batman restait de marbre. Comment pouvait-elle pensé une chose aussi glauque ? Bon, il est vrai que ce genre de pensée est plus ou moins semblable à l'allure de notre grand détective, mais il ne faut pas se fier aux apparences, vous savez ? Batman ne tue pas et ne tuera jamais. À l'époque où Joe Chill avait assassiné ses parents à contrecœur, le jeune orphelin était au début tourmenté par leur mort, souhaitant par la suite venger leur mort. Il aurait cru que cela est plus ou moins semblable à la Justice. Mais heureusement, l'une de ses vieille amies (que le Joker l'avait par la suite assassiné :@) l'avait ressaisit l'esprit en disant que " la Justice provoque l'harmonie alors que la vengeance, elle ne satisfait l'individu, c'est pour ça qu'on a établi le système impartial." Si la chauve-souris aurait souhaité éliminé le Joker, il l'aurait bien fait depuis longtemps, mais cela n'est jamais arrivé, et ne se produira jamais. Puisque son unique place est derrière les barreaux, pourquoi pas sous une camisole de force. Comme tout individus du même rang que lui.

Le Batman commençait à se relever et c'est à ce moment-là que cette touchante images conjugale prit fin, le couple-Clown fuyait, main dans la main. C'était plutôt bien réussi, mais pas assez malin. - Lorsque le fils autrefois de Martha Wayne avait agrippé l'aliéné en violet par le col, il avait profité de lui mettre une sorte de dispositif sous son veston. Ce petit dispositif est directement connecté à son appareil de localisateur. Un petit aperçu sur le petit écran, et un clignotement rouge indique que le duo se dirigent à une autre ruelle étroite de gauche. - Le Joker et sa campagne continuaient de courir, mais au bout d'un élan supplémentaire, ils furent stopper par l'horrible chiroptère noire qui déboula à l'angle de la ruelle emprunté, juste devant eux. A une vitesse surprenante, et sans signe contre-coureur, ce dernier se saisit d'un batarang attaché à un câble de ficelle, une fois lancé en direction de ses cibles, le filet se mit à zigzagué en l'air, enroula le couple, et les ligota automatiquement. Les liens étaient solide et résistant à toute tentation de les couper (on ne remerciait jamais assez Fox pour ses inventions si particulières).

« Je vais éclaircir, voire corrigé quelques points mal placés sur vos paroles, Harley Quinn. »

La voix grave du chevalier noir résonnait dans l'allée étroite. Alors qu'il marchait en leur direction, s'arrêta ensuite à proximité de deux centimètres près des deux aliénés, le regretté orphelin de la famille Wayne pencha légèrement sa tête au sol, fixant froidement les deux ex détenus de l'établissement d'Arkham.

« Mon intention est loin de ce que vous pensez, mademoiselle. Si j'aurais voulu tuer le Joker, il y aurait alors, belle lurette qu'il soit déjà mort. Et cela pourrait même y parvenir juste avant que vous ayez la chance de le rencontrer. Or, voyez-vous même, je ne l'ai pas fait et je ne le ferais pas. Non pas parce que je ne peux me passer de lui, mais parce que je veux brandir le châtiment, rendre Justice, et non exécuté de par une quelconque envie. »

Il fallait agir avec Justice, afin de pouvoir enlever aux remontrances toute apparence d'arbitraire. Le droit ne peut être rendu que par elle. Elle doit être impartiale et bienveillante pour être tout à fait juste. La vengeance est loin de la ressembler. Et selon Bruce Wayne, elle est à exclure. - Ce sujet rappelait à un souvenir, qui, autrefois, Batman était confronté à un certain faucheur dit Reaper, qui lui, cherche à tuer les criminels. Heureusement, le chevalier noir fût parvenu à arrêter à temps ce dénommé Reaper. Il y avait aussi Red Hood II, dit Jason Todd, lui n’hésite pas à éliminer quiconque se mettra sur son chemin, sans aucune pitié pour les criminels et avait déjà tenté d'éliminé le Joker lorsque ce dernier avait été pris en otage, cependant, le chevalier noir arrivait à temps et avait réussi à le stopper. Le jeune Jason veut régler ses comptes avec Batman (son ancien mentor) et comprendre pourquoi est-ce qu’il n’a pas cherché à tuer le Joker pour le venger. Le fils de Thomas Wayne lui avait répondu que "ce n'était pas la vengeance qu'il allait le rendre, mais la Justice". Et le chevalier noir n'acceptait guère ce sentiment de vengeance. - Inhalent lentement l'air glacial de la saison hivernale, l'homme chauve-souris les fixait toujours, sans pour autant cligner des yeux.

« Tu as causé beaucoup de dégâts, Joker. Beaucoup trop de dégâts, durant tout ces semestres. Je sais bien que même avec plusieurs séances de psychanalyse, tu ne peux t'empêcher de faire parler de toi pour attirer l'attention des gens.. Plus tu en fais, plus ton dossier pèsera lourd. Mais ça, je suppose que tu t'en moque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme on se retrouve (Pv : Joker (et son Gang s'ils veulent))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bradbury, Ray] L'homme illustré
» Besoin d'aide, comment rendre un personnage attachant ?
» Ray BRADBURY (Etats-Unis)
» BRADBURY Ray
» [AIDE] Utiliser son téléphone comme clé 3G+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Anarchy :: Gotham Sud :: Musée De Gotham-