Gotham Anarchy

Bienvenue chez les fous...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 «La folie comme tu dois le savoir, c'est comme la gravitée, cela réclame qu'une petite poussée!» - PV Katharina Davidson/Lexie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 153
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Devant toi, près à afficher un joli sourire sur ton visage!
Emploi/loisirs : Agent Du Chaos. / Prince Du Crime.
Humeur : Dangereusement bien. / Frôlant l'hystérique.

Votre personnage!
Côté Coeur: ♥♥♥ Harley Quinn ♥♥♥
Citation : La vie est la vie, il faut en rire…
Groupes:
avatar
The Joker
MessageSujet: «La folie comme tu dois le savoir, c'est comme la gravitée, cela réclame qu'une petite poussée!» - PV Katharina Davidson/Lexie   Ven 4 Oct - 23:02

Un an entier c’était écouler depuis l’évasion du Joker de l’Asile d’Arkham. Un an entier, qu’il était de retour dans les rues de Gotham City. Mais depuis son évasion, il n’était pas seul : Une belle jeune femme déguisée en Arlequine, aussi cinglé que lui, avait pris place à ses côtés. Elle se faisait autre fois appeler Harleen Quinzel et avait été Professeure d’Art à l’Asile d’Arkham. Le Joker avait vue en elle la victime idéale. Son seul but avait été de la séduire, lui raconté une histoire touchante à son sujet qui la feras craquer, pour qu’elle puisse lui être utile lors de son évasion d’Arkahm. L’Agent Du Chaos c’était juré qu’une fois qu’elle aura plus besoin d’elle, il s’en débarrasserait : En autre mort, il comptait la tué dès qu’elle l’amuseras plus! Mais Le Joker c’était fait avoir à son propre jeu… La jolie professeure d’Art l’avait bel et bien aidé à s’évader et avait enfilé un costume d’Arlequine rouge et noir, changeant également son nom pour Harley Quinn. Le Joker avait pris fuite avec cette dernière… Elle l’avait même hébergé chez elle quelques temps, le temps qu’il retrouve ses hommes-clowns et un Repaire… Harley avait pris un grand risque! Mais plus les jours passait et plus l’envie de la tué s’effaça de l’esprit du Prince Du Crime. En fait, il c’était mis à l’apprécier, c’est une chic fille. Celle qui était supposée être une autre victime de plus était finalement devenue sa p’tite amie et complice. Très vite, les rôles s’inversèrent également… Une fois un Repaire trouvée, sa fut au tour du Joker d’héberger la jeune femme chez lui. La présence d’Harley lui plaisait bien, elle prenait soins de lui et au grand étonnement il lui rendait bien l’appareil. Ce qui aurait dû être une simple Aventure est devenue plus sérieux : Le Joker éprouva bel et bien des sentiments autres que de l’amitié pour Harley Quinn.


À vrai dire, la jeune femme devenue rapidement une vrai obsession pour le clown-psychopathe. Il la couvrait de fleurs, de cadeaux et de tout ce qu’elle souhaitait. Elle était devenue SA Reine De Cœur, SA Harley Quinn à lui. À eux deux, ils formèrent Le Duo Clowns le plus craint de tout Gotham City. À leurs simples noms, les citoyens tremblaient de peur! Jamais l’un sans l’autre, tel est devenu leur devise. Le Joker se fou de ses autres complices, à vrai dire la plus part d’entre eux trouve la mort le soir même dès leur boulot achever! Mais avec Harley, c’est différent : Il la traite comme une Reine, malgré qu’il soit un peu brusque parfois et grognon même envers elle. Il ne supporterait pas de la voir malheureuse ni que qui que ce soit lui fait du mal… Et comprit lui, il se le pardonnerait jamais! Malgré les rumeurs qui circules sur leur cas : Comme quoi que Le Joker ferais que l’Utiliser, qu’il la malmènerait, qu’il se débarrasserait d’elle sans remord dès qu’il en aura trop marre, ou encore qu’il la tuerait… Cela avait peut-être été sa première intention en effet, mais il n’as jamais pu aller jusqu’au bout et il le pourras jamais. Il en était bel et bien amoureux, malgré leurs quelques disputes parfois violentes. Ils finissaient toujours part revenir ensembles, l’un ne pouvant pas se passé de l’autre très longtemps. Ils se complétaient dans leur folie! Temps qu’elle reste près de lui, Harley n’as rien à craindre du Joker. Le véritable danger aurait été si elle aurait tenté de le quitté pour de bon, ça il l’aurait jamais supporté. Il aimait savoir qu’elle était à lui et à lui seul… Oh oui, Joker était possessif mais ça c’était son p’tit secret.


Au mois de Septembre, Le Joker avait d’ailleurs fait sa grande demande : Il avait demandé à Harley de devenir sa femme! Celle-ci avait évidemment accepté. Elle lui avait aussi annoncé qu’elle était ensainte, de quelques mois déjà… Et que c’était lui le père! Joker alla devenir papa, cela avait été un choc pour lui mais il en était aussi très heureux de pouvoir avoir quelqu’un pour qui suivre ses traces dans le crime. Que Harley soit ensainte avait été gardé le plus secrètement possible, Le Joker ne voulait pas que quelqu’un sache qu’il avait maintenant une futur-femme et un futur-enfant qu’il aimait vraiment. Pour le futur mariage, ils en avaient un peu parlé à leurs proche, mais rien de trop bruyant non plus, valait mieux être discret quand ont était criminel. Qui aurait cru un jour que le grand Joker serait papa et que en plus il penserait à se marié?!


Depuis l’évasion du Joker, Batman n’avait pas pointé le bout de son nez! D’ailleurs, cela mettait Le Joker dans une très grande déprime. Il avait fait quelques crimes ici et là pour faire parler de lui bien-sûr, mais rien de très voyant… Cela ne lui ressemblait pas, mais alors pas du tout! L’absence de son grand ennemi de toujours le mettait plus triste qu’il l’aurait pensé : Sans Batman, Le Joker était que l’ombre de lui-même. Oh bien-sûr il pouvait rigoler un peu avec les flics, surtout avec son ancien frère de cœur le lieutenant Martin Smith. Mais… C’était loin d’être la même sensation qu’avec Batou.


Mais ce soir, après temps de nuits, de semaines et de mois… Un miracle c’était produit : Le Batsignal avait été allumé dans le ciel sombre de Gotham City! Fou de joie à l’idée de peut-être enfin pouvoir revoir son Batounet, Le Joker avait enfilé son habituel habit du crime : Ses bottines style armés, dons la semelle avait été truqué pour y caché une lame de rasoir… Un pantalon violet avec une chaine argenté sur le côté droit… Une chemise bleutée aux formes hexagones… Une veste sans manches couleur vert bouteille… Une cravate violette aux formes étranges… Une paire de gants en cuir violet… Puis sans oublier son long veston violet, aux nombreuses poches pour y cacher ses armes plus farfelues les uns que les autres…


Après avoir embrassé Harley et de lui avoir fait promettre de rester au Repaire pour se reposée, Le Joker était sortie du Repaire d’humeur joyeux. Ce soir était le grand soir, il le sentait : Batman alla être au rendez-vous de nouveau! Il l’espérait tellement, cela le mettait dans un état presque hystérique.


Le clown-psychopathe à l’humour noir avait rôdé dans les Quartiers les plus mal fréquentés durant quelques bonnes heures. Il avait tenté d’attiré l’attention : Une explosion par ici, une victime ou deux d’un autre côté! Il avait été actif, mais à son plus grand désespoir, pas de signe de la Chauve-Souris. Il avait pourtant sentie que cette fois, Batsy aurait été là pour le poursuivre… Comme autre fois. Mais encore une fois, il fut amèrement déçu! Pas de Batman, cela était beaucoup moins marrant. Le Joker aurait tout donné, vraiment TOUT pour pouvoir échanger de nouveau quelques coups avec son ennemi de toujours, ou même ne serait-ce que pour voir son terrifiante ombre de chauve-souris plané au-dessus de sa tête… Que pour avoir un signe de vie de celui-ci… Un minuscule signe de rien du tout! C’était trop demander? Faut croire que oui et cela mettait Le Joker très en colère, il détestait le fait d’avoué qu’il dépend à ce point de Batman : Ils se complétaient, eux aussi!


Une fine pluie avait commencé à tomber sur la ville de Gotham City. Le Joker se trouvait présentement dans une ruelle. Accroupit auprès de sa 6ièmmes victimes de la soirée, celle-ci était encore envie lors qu’il lui tailla un «Sourire De l’Ange» identique au tien sur son visage. Le sang coula de la blessure, étouffant la pauvre et innocente victime qui était incapable de respiré. Le Joker observa le résultat : La victime toussa en luttant pour retrouver son souffle sans grand succès, ses yeux remplis de larmes s’écarquillèrent, il pouvait sentir les battements de la victime sous ses doigts et il adorait cette sensation. Le Joker était un sadique, il aimait infliger la souffrance aux autres mais il aimait encore plus la ressentir aussi. Quand il sentie la victime se faire molle entre ses mains et que les battements de son cœur ainsi que son souffle se fit faible, il finit part la relâcher sans la moindre douceur. À vrai dire, Joker l’avait carrément repousser en la laissant lourdement tombé au sol de la ruelle humide : Maintenant que sa victime était morte, elle avait plus aucune importance à ses yeux et dans le même cas aucune chance de l’amusé.


Le Joker se redressa et essuya la lame de son couteau sur son veston, avec un air très sérieux sur le visage. Le seul sourire qu’il avait, était forcé part ses cicatrices en forme de «Sourire De l’Ange». Ses cheveux verts était tremper part la pluie, son regard sombre se leva en direction du ciel noir : Le Batsignal était toujours là, éclairant faiblement le ciel de la ville. Le Joker cracha au sol avec une grimace de dégout et dit entre ses dents :


-Que dois-je faire dit moi, pour que enfin tu me donne un signe de vie, hum Bat’?


Une éclaire passa dans le ciel en faisant un gros bruit de tonnerre. Le Joker roula des yeux en soupirant. Décidément, il aurait bien dû rester avec Harley… Cela l’avait mené à absolument rien du tout! Mais à ce moment… Le Joker crû entendre un bruit, un bruit de pas qui résonnait sur le sol de la ruelle.


Il serra la mâchoire et se recula dans l’ombre pour pas se faire voir. Les pas se rapprocha peu à peu… La personne en question n’alla pas tarder à voir le corps de la victime morte avec le sourire au visage… Dès que la personne fut à sa hauteur, Le Joker sortie de l’ombre et plaqua la personne, qui était une jeune femme, contre le mur d’en face en lui mettant son couteau sous la gorge! Mais... Joker haussa un sourcil en réalisant qu’il connaissait cette femme, ou du moins il l’avait déjà vue quelque part…


-Tien, tien… Un visage familier, salut toi. Dit-il d’un Ton mi-enjoué et mi-malicieux en menaçant toujours la jeune femme de son couteau en la tenant plaquer au mur.


Le Joker avait déjà croisé cette jeune femme à l’Asile d’Arkham. C’était une psychiatre s’il s’en rappelait bien… Une p’tite nouvelle qui avait un jour discutez avec lui, mais ont lui avaient part la suite interdit de l’approcher pour une raison que Le Joker ignore. Sans doute avaient-ils peur qu’il tante de la corrompe? Après tout, cela aurait été son genre de la tester!

__________________

« Why So Serious ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 12
Féminin Date d'inscription : 17/04/2013
Localisation : À l'université, à une fête, à l'asile...
Emploi/loisirs : Étudiante en première année en physique & Chimie à l'université ! Travaille également à l'asile.
Humeur : Le bonheur est de vivre son rêve... Est heureuse !

Votre personnage!
Côté Coeur:
Citation : Tourne à droite … Non, l'autre droite!
Groupes:
avatar
Katharina Davidson/Lexie
MessageSujet: Re: «La folie comme tu dois le savoir, c'est comme la gravitée, cela réclame qu'une petite poussée!» - PV Katharina Davidson/Lexie   Jeu 10 Oct - 18:54

Pourquoi tant de doute, maintenant que tout se passait bien. N’arrivant plus à oublier une seule seconde son passé et son travaille. Ce n'est pas qu’elle regrettait quoique se soit ou avait des remords puisque cela n’était pas son cas. Le problème était justement le fait qu’elle n’avait plus l’impression d’être elle-même depuis le jour ou être normal a tout pris avait pris toute la place dans son esprit. Ce sentant déboussolé, voilà comment elle ressentait les choses depuis quelque temps, depuis déjà pratiquement un an… De plus cela commençait à la fatiguer de toujours devoir faire attention à son comportement et à sa façon de réfléchir.
 
Un an s’était écoulé pourtant à son travail on lui demandait toujours comment s’était passé sa journée à l’université, comment se passait la vie dans son appartement, comme s’il l’évaluait toujours a chaque instant. Guettant le moment ou qu’elle présenterait des symptômes de rechute dans la folie. Comment pouvait-elle leur en vouloir, quoique ce fût le cas. Katharina les détestait tous ses gens qui travaillaient à ses côtés à l’asile. Le ressentiment venait sans doute du fait que ses gens lui avaient dicté sa conduite depuis ses 11 ans ! Katharina était tout de même demeurée de ses 11 ans à ses 18 ans dans une de ces cellules où qu’elle n’avait même pas le droit d’allé dans les pièces communes puisque les dirige de l’asile ne voulait pas qu’une jeune femme soit aux côtés des autres criminels, sans doute pour que ceux-ci ne l’influencent pas. Resté seul dans sa cellule, sans pouvoir regarder une seule fois la télévision ou discuter avec une personne sauf ses psychologues Katharina n’avait pas pu le faire jusqu’où jour de sa sortie de l’asile. Sauf durant les deux premières années où que Niklaus qui était un peu plus vieux qu’elle, était dans la cellule juste à côté d’elle. Mais pensé à Niklaus était douloureux pour cette dernière qui préférait ne pas trop repenser à Niklaus. S’attacher réellement à des gens, ne servait à rien sauf à souffrir et cela Katharina l’avait appris à ses dépens, de plus aujourd’hui ne ferait plus la même erreur.
 
En bref, les choses auraient de l'allée pour le mieux et ses ce que Katharina laissait paraître puisque montré que quelque chose clochait aurait été suffit à son boulot pour le retourné dans une cellule sans aucun motif des plus valables. Quoique son moral était des plus imprévisibles. L’envie d'en étriper plus d’un lui avait passé des centaines et des centaines de fois dans son esprit pourtant se comporter normalement ce n’était pas tant cela qui lui donnait du mal. C’était surtout parce qu’elle ne pouvait pas être elle-même à 100%, mené sa vie sans se soucier d’être normal ou pas. Au fond que voulait dire son PUTAIN de mot... L’autre jour Katharina avait été suspendant durant une semaine pour avoir donné une raclée à plus de six mecs qui avait osé plus dire un commentaire désobligent. Ces à ce moment-là que Katharina s’était vraiment aperçu que les choses commençaient à lui échappé. Inventé un motif mensonge qui paraissait des plus vrais pour justifier ce qu’elle avait fait, n’avait pas été très compliqué. Ce sortir de ce mauvais pas pour ce justicier avait été de plus simple et des plus amusent de jouer un peu la comédie, comme si cela lui avait manqué... Bien sure sa vie d’avant, elle la détestait. Pourtant maintenant, Katharina était assez forte, avait appris à se battre et a utilisé son savoir, alors sombre dans la folie n’était qu’à un petit cheveu. Pourtant Katharina continuait de lutter, comme si lutté pour être normal était son mot d’ordre, comme si c'était le plus important... Fallait croire que ses fichus psychologues lui avaient vraiment trafiqué un truc dans le cerveau.
 
Bref… 

Le dernier cours venait de terminer, une party était organisée et toutes les cheerleader devaient y aller. Katharina grippa dans sa voiture et allait reculer quand un mec venu cogné à sa vitre et affichait un léger sourire. Appuyant sur un petit bouton et la vitre descendu. 

 
- Tiens, tiens si ce n’est pas Stone ! 
 
Stone fit un grand sourire amusé. 
 
- J’aurais besoin…
 
- Que je te ramène. Allé embarquer et tu sais bien que tu n’as plus à demander, Juste est arrivé avant que je ne sois partie... Après tout tu habites dans l’appartement en face de moi, alors je ne sais même pas un petit détour pour t’amener ou te ramené. Ajouta Katharina en attendant que Stone embraque à côté d’elle. 
 
- C’est cool Kat ! Mais bon je ne voudrais pas que les gens pensent que tu es mon chauffeur personnel… 
 
- Qu’est-ce qu’il y aurait à sa petite ? 
 
- J’aimerais 100% plus que les gens pensent que s’est moi ton chauffeur se serait bien plus viril dit-il en fessant un mouvement que seul le mec pouvait bien faire. 
 
Katharina se mit à rire intensément. Puis reculant est sortie du parking de l’université. Roulant rapidement, mais prenaient plusieurs chemins pour se rallonger, comme si l’envie de rentrée ne lui tenter pas du tout. 
 
-          - Yo, tu es dans la lune Katy ! Sérieux, je sais bien que tu détestes ton appartement. Il n'est pas assez bien décoré, il n'est pas si, il n'est pas sa...
 
-          - D’acore, je ne vais pas me plaindre et rentrer sans broncher… Dit Katharina avec un léger sourire en coin puisqu’elle savait que Stone ne fessait que la taquiner.
 
 
Celui-ci se pencha et lui donna un léger baisé sur la tête amicalement. Une vingtaine de minutes plus tard, ils arrivent à leur appartement. Une fois rendu chacun à leur porte pour rentré à leur appartement Katharina venait de déverrouiller sa porte.
 
-          - Mmm… Est-ce que tu vas au party de ce soir… Je suis sure que ça va être mortelle, mais pas encore sure dans quel sens…
 
-          Katharina se retourna lentement, écarta une mèche de cheveux qui lui était tombé dans le visage.
 
-          - Ouais, je vais être de la party... Obligatoire, directive de notre capitaine des cheerleader ! J’adore faire le party de toute façon, j’y serais allé et tu sais bien. Resté le moins possible dans cet appartement et mieux j’irais !
 
-          - Dans ce cas, on se voit le bas… À moins qu’on s’y rende tous les deux…
 
Katharina hésita quelque insistante et Stone s’en était aperçu ce qui créait un léger malaise. Elle et Stone s’attendait parfaitement, après tout il était voisin et tous deux piquaient des délires pas possibles. Les meilleurs amis qui soient. Allez au party ensemble, les gens allaient parler s’étaient choses sures… Bon elle se m’était encore trop a pensé.
 
-          Tu es mon meilleur ami, alors fessons parlé les gens et alimentaient les rumeurs. 

- Je me disais bien que tu n’étais pas une garce… 

 
- Et… S’est toi la garce... Dit Katharina en fessant un pas rapide par an avant pour chatouiller Stone qui se mit à rire et a gigoté instantanément.
 
- Hein… Tu aurais pu trouver mieux dit Stone entre deux rires... 
 
Quelque temps s’écoula, puis tous deux rentrèrent dans leur propre apparentement. Se dirigeant vers sa chambre retirant tout ce vêtement sauf s’est sous-vêtement. Katharina se regarda dans le miroir...
 
- Tu es normal ma veille, des plus normal... Putain, mais je ne suis pas veille qu’est-ce que je raconte... Putain, mais je me parle encore tout seul, faut que j’arrête ou me trouvé une colocataire… Et merde que je suis pénible par moments. 
 
Se dirigent vers une armoire et l’ouvrit dans un léger bruit de grincement. Il devait y avoir des vingt-cinq robes… Katharina prit une robe qu’elle n’appréciait pas vraiment, mais toutes les cheerleader devaient en porté une du même modèle, mais elle avait eu le choix de deux couleurs bleu et rose. Bien attention vit l’horreur de la chose, Katharina avait voulu limiter les dégâts en choisit le bleu. Katharina s’habillait donc se coiffa et se maquilla.
 
Le temps passa et l’heure était venue de partir, un cognement se fit attendre puis Stone rentra sans attendre que Katharina ouvre la porte... Celui-ci se mit à rigoler devant la robe de Katy. 
 
- C’est horrible, il n’y a aucun doute ! 
 
- Non, non ,non dit Stone en rigolant encore puis reprit son sérieux... Peux importer ce que tu portes, tu restes toujours la plus jolie de toute ! 
 
- Je ne te crois pas une seule seconde… 
 
- Je ne suis pas très bon menteur... D’acore cette robe et à chien, mais toi tu es magnifique !
 
Par la suite tous deux parties à la soirée ou qu’il devait déjà y avoir la moitié des étudiants de l’université qui devait être déjà arrivé. La party avait lieu dans une immense demeure délabrée et le concept était que les filles devaient porter des robes courtes et les mecs devaient avoir un pantalon chic avec une chemise au minimum. C’était un concept comme un autre, leur de sa première année à l’université Katharina avait eu droit à des soirées concepts très étranges du coup celui-ci le paraissait un concept super. 
 
- C’est glauque non . 
 
- Ce n'est rien du tout, en plus on est au mois d’octobre ! C’est plutôt des plus marrants sauf cette robe dit Katharina à désignant sa robe bleue. 
 
- Enfin te voilà, c’est l’heure dit la capitaine des cheerleader.
 
- Je t’abandonne Stone, on se revoit sur une ile déserte ! 
 
La capitaine des cheerleader la tira par le bras. 
 
- Tu es venu avec Stone. Tu es avec lui, je veux tout les détaille… On zut on n’a pas le temps, alors se sera plus tard !
 
*Ouais c’est son plus tard… Ce ne sera jamais croix moi… il n'y a rien à dire … De plus comme si je vais dire quelque chose à la fille qui part toujours pleine de rumeur... *
 
Katharina n’avait rien dit et avait préféré le penser. Une chorégraphie des cheerleader avait été faite. Tout se passait comme prévu, les mouvements étaient synchronisés des plus méthodiquement, l’énergie était là à 100% et des sourires des plus sexy fessaient toutes les filles. Les coéquipières lui tapaient parfois sur le n’aire, mais malgré tout elle s’attendait bien avec eux et de plus Katharina faisait partie des meilleures cheerleader. La capitaine devait décider qui serait la prochaine capitaine puisqu’elle finissait cette année l’université. Katharina était première sur la liste et espérait y rester. Bien attendu la capitaine des cheerleader étaient une garce qui se prenait pour un autre, mais comment pouvait-elle lui reprocher. Katharina avait fait bien pire dans le passé et avec son séjour chez le fou, elle battait tous les records.
 
- Un verre ? dit un mec avec qui elle a cours...
 
- Non… Puis partie sans rien rajouter un seul mot.
 
La musique jouait à fond, il y avait des murs défoncés et des toiles d’araignée au plafond. Trouve cela magnifique et fessait party de sa liste des meilleures party ! Alla danser quelque temps sur la piste de danse, de façon sexy avec quelque fille de ses amies cheerleader.
 
Puis par la suite alla retrouver Stone, mais celui-ci était déjà parti… AVEC SA VOITURE en plus ! Regardant autour pour voir si Stone avait laissé une note puisque c'était son genre de faire cela. Katharina trouva accroché à un lampadaire une feuille de papier.
 
 
Yo, Katy !
Désolé d’être partie avec ta voiture, mais ce party me gonflait…
Et… J’ai peut-être foutu une droite à Steve O _0
 
 
-On se voit plus tard Katy chérie !
 
Ne réagit pas plus que cela, et prit route vers son appartement qui ne se trouvait qu’à environ 12 minutes en prenant par quelques raccourcis. Passant dans certaines ruelles des plus lugubres, mais cela ne lui posait même pas un seul problème... Pratiquement toute son enfance que Katharina avait passée dans ses ruelles, se sentir bien dans ce genre d’endroit et n’a avoir peur en aucun cas, n’était pas un problème pour cette dernière. 
 
Quand tout d’un coup un homme la plaqua au mur et lui mit son couteau sous la gorge... Katharina l’avait reconnue sur-le-champ. Comment pourrait-elle oublier Le Joker ! 
 
Une raconte des plus étranges. Katharina l’avait connu à l’asile peu de temps après qu’elle est commencée à y travailler. Personne ne voulait le suivre et on lui avait demandé d’être sa psychologue puisqu’elle avait été enfermé de nombreuses années, alors peut-être qu’elle pourrait le comprendre et le résonner se disait sans doute les autres psychologues. Une seule séance s’était déroulé puis les autres psychologues avaient refusé qu’elle précède à d’autres séances avec ce psychopathe. Il fallait croire que dire que le Joker avait une part d’humanité en lui n’était pas tout indiqué à dire surtout quand on était une ex-folle ! 
 
Katharina sembla revenir à la réalité quand le Joker finit par lui adressé la parole. 
 
-Tiens, tien… Un visage familier, salut toi. Dit-il d’un ton mi-enjoué et mi-malicieux en menaçant toujours la jeune femme de son couteau en la tenant plaqué au mur.
 
-Tiens, tien un joker pas très malin. Katharina lui donna un coup de pied et le poussa. Malgré toute l'arme du Joker lui avait coupé un peu dans le coup quand Katharina lui avait donné le coup de pied.
Du sang coula un peu, mais cela ne semblait même pas préoccuper la jeune femme, comme si elle ne sentait pas la blessure.
 
- Maintenant on est mieux, tu ne trouves pas... Tu vois, je n’aime pas trop les gens qui envahissent mon espace sans que je le voulant…
 
Katharina n’avait pas peur, quand on n’avait pas peur de mourir alors peu de chose dans la vie pouvait te faire flipper...
 
-Comme que  je peut voir, tu t’en es sortie plutôt bien, espérons simplement que je ne te reverrais pas de sitôt à l’asile !
 
Malgré tout Katarina le garda à l’œil, savant parfaitement que le Joker était des plus imprévisibles... C’était bien beau ne pas avoir peur de lui ou de la Maure, mais une chose était sure, si quelqu’un voulait sa peau cette personne mourrait bien avant elle ou en même temps… Jamais qu’elle ne laisserait quelqu’un avoir le dessus sur elle, il en était hors de question. Katharina affichait un joli sourire qui démontrait sans doute qu’elle aime bien jouer la comédie, se battre sans motif. Montrant à la fois sans le vouloir sa folie dans ce regard qui en disait long, mais cette lueur de folie passa rapidement... Katharina se concentra sur être normal… Mais être normal n’était pas très naturel chez elle, ce qui ne l’aidait pas. Du coup, Katharina se contait d’afficher un regard froid, mais quelques secondes plus tard affichent un petit sourire sûr d’elle. 
HJ : Si tu veux que je modifie quelque chose juste à me le dire ^^ Razz

__________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

«La folie comme tu dois le savoir, c'est comme la gravitée, cela réclame qu'une petite poussée!» - PV Katharina Davidson/Lexie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Autin-Grenier, Pierre] C'est tous les jours comme ça
» [JEU] TAP TAP REVENGE 4 : Jeu de rythme [Gratuit]
» F comme Folie.
» Le Gai Savoir
» Que choisir comme sac à dos !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Anarchy :: Gotham Nord :: Rues & Ruelles-